Le principe de base :

Le versement d’une allocation mensuelle à toute entreprise – indépendants compris – par emploi en équivalent temps plein.

Le financement de cette allocation n’est pas assuré par l’État mais par l’ensemble des entreprises au travers de la Mutualisation partielle des revenus d’activité.

Vous créez votre entreprise :

Entreprendre nécessite de rechercher des clients sans aucune garantie de succès. L’allocation mensuelle permet de garantir des revenus indépendamment de la réussite ou pas du projet.

Vous êtes une entreprise :

Vous pourrez embaucher plus facilement puisqu’une partie du salaire est financée par cette allocation. Ceci multipliera les offres d’emploi

Vous cherchez un emploi :

La multiplication des offres d’emploi fera que toute personne qui souhaite un emploi aura un large choix. C’est la perspective d’en finir avec le chômage de longue durée et donc de la pauvreté

Votre salaire est trop faible :

L’allocation mensuelle permettra d’augmenter les salaires de métiers trop souvent mal valorisés, d’autant que le choix de son emploi sera plus large.

Mutualisation partielle des revenus d’activité
Le Teaser

La MPRA pemet de tendre vers le plein emploi, d’aider l’investissement pour favoriser l’entrepreneuriat, d’instituer un refus de l’exclusion qui prime sur la concurence.

Comment fonctionne la MPRA ?

La MPRA met hors marché une partie de la production privée pour la répartir de façon égalitaire entre celles et ceux qui l’ont réalisée.

Comment se mesure la production ? Comment se réalisera la mutualisation ?
A quel niveau mutualiser ?
Comment cela fonctionne ?

Qu’apporte la MPRA ?

Pourquoi pemet-elle de tendre vers le plein emploi ?

Subventionner l’investissement pour réduire les besoins en capitaux.

Construire une économie résiliente dans une société plus solidaire.

La MPRA, une proposition politique ouverte

dont le pourcentage de mutualisation est au coeur du débat.

Une forte mutualisation permet de venir rapidement à bout du chômage. Mais ne va-t-on pas pénaliser des enteprises prospères en subventionnant des entreprises qui devraient normalement disparaître. Tel est le coeur du débat.

La MPRA agit en amont de la distribution primaire des revenus, au moment du processus de production, ce qui évite des dispositifs complexes de réajustement des revenus.

Qui sommes-nous ?

La Sécurité économique est une proposition initiée par Benoît Borrits, ancien co-fondateur d’Esker, une société d’informatique qu’il a quittée alors qu’elle employait 310 personnes. Il s’est ensuite initié au journalisme en ayant tout particulièrement couvert les reprises d’entreprises par les salarié.e.s. Il a initialement exprimé cette proposition de Sécurité économique sous le nom de « Péréquation de la richesse produite et disponible » dans le chapitre 6 de son livre Au-delà de la propriété, Pour une économie des communs, publié aux Éditions La Découverte en 2018.

Venant de différents horizons politiques et professionnels, nous souhaitons porter dans le débat la nécessité d’établir un nouveau régime interentreprises obligatoire qui permettra de mutualiser une partie des revenus d’activité afin de les répartir de façon égalitaire en fonction du nombre d’emplois en équivalent temps plein.

La Sécurité sociale a permis de financer les retraites, d’assurer des revenus en cas de maladie ou entre deux emplois. Il nous faut maintenant établir une Sécurité économique qui garantira collectivement une partie des revenus du travail.

Nous contacter

Si vous avez une question sur cette proposition, n’hésitez pas à nous contacter.

Cette mesure n’aura de sens que si elle est portée par des partis politiques, associations ou syndicats.
Si vous souhaitez participer à sa popularisation, merci de me laisser vos coordonnées.

    Veuillez prouver que vous êtes humain en sélectionnant Avion.