De nouvelles formes d’emploi répondant à nos aspirations écologiques et sociales

L’argent n’est pas, de loin, l’unique motivation de notre travail même s’il nous est indispensable pour vivre. Beaucoup de personnes effectuent aujourd’hui un travail qu’elles jugent sans intérêt (bullshit jobs), quand elles ne le réprouvent pas s’il a un impact social ou écologique négatif. Beaucoup aimeraient réaliser un autre travail mais n’ont pas l’opportunité de changer d’emploi.

La Mutualisation partielle des revenus d’activité est le moyen d’offrir un véritable choix de travail aux individus du fait du grand nombre d’emplois qui seront proposés. Les individus pourront donc préférer des emplois qui ont du sens pour eux, quitte à accepter d’être moins rémunérés, la qualité de l’emploi étant dans ce cas privilégiée par rapport à la rémunération. Il est clair que notre bonheur sera d’autant plus grand que nous nous lèverons le matin pour réaliser un travail que nous jugeons utile à la société.

Il est aussi possible qu’aucun emploi actuellement proposé ne corresponde à nos aspirations. Ne serait-ce pas alors l’occasion de créer, seul ou à plusieurs, notre propre activité ? En tant qu’indépendant ou au travers d’une Scop, d’une Scic ou d’une association ? Ne plus nous contenter d’être un salarié qui obéit à une direction mais devenir décideur ou co-décideur de notre activité. Parce qu’il nous assure une base solide de revenu, la Mutualisation est l’occasion de repenser nos activités économiques, de les contrôler et d’évoluer vers un travail de plus en plus autogéré.