Quelle mesure de la richesse produite ?

Dans le cadre de la Sécurité économique, la mesure de la richesse produite sont les Flux de trésorerie d’activité (FTA). Il s’agit d’une mesure proche de la valeur ajoutée nette mais différente dans sa conception car basée sur les flux de trésorerie. Ceci s’explique pour une raison simple : pour payer mensuellement des revenus monétaires, ce qui compte n’est pas une estimation comptable de la richesse produite (ce qu’est la valeur ajoutée) mais la trésorerie disponible dans les entreprises.

Dans une définition simplifiée, les FTA sont les encaissements de ventes et de subventions de l’entreprise moins ses paiements de fournisseurs et d’impôts. Cette différence permet de payer les salaires, cotisations sociales[1]Conformément aux principes de la comptabilité nationale, les cotisations sociales sont considérées comme du salaire et non des impôts. Ils ne sont donc pas déductibles en tant que flux sortants. et dividendes :

À l’inverse des autres actifs, les achats de titres de participation ou de titres financiers ne sont pas déductibles des FTA. Cependant, ils sont susceptibles de générer des revenus financiers ainsi que des plus- ou moins-values lors de la revente qu’il faut prendre en compte dans le calcul des FTA.

Les intérêts encaissés sont considérés comme flux entrant. Les paiements d’intérêts sont considérés comme flux sortants.

Les dividendes encaissés par l’entreprise sont considérés comme flux entrant. Les flux sortants de dividendes (ce que l’entreprise paye en dividende) ne sont déductibles qu’à hauteur des dividendes encaissés (simple remontée de dividendes). Le paiement d’un dividende provenant de l’activité de l’entreprise ne peut ainsi en aucun cas être considéré comme un flux sortant.

Les FTA sont donc la différence entre les flux entrants et sortants suivants :

Flux entrants :
Encaissements de ventes ;
– Encaissements de subventions ;
– Encaissements d’intérêts ;
– Encaissements de dividendes ;
– Plus-value sur titre financier lors de l’encaissement.

Flux sortants :
Paiements d’achats ;
– Paiements d’impôts ;
– Paiements d’intérêts ;
– Paiement de dividendes à hauteur des dividendes encaissés ;
– Moins-value sur titre financier lors de l’encaissement.

References
1 Conformément aux principes de la comptabilité nationale, les cotisations sociales sont considérées comme du salaire et non des impôts. Ils ne sont donc pas déductibles en tant que flux sortants.