Catégorie : Questions et objections

Mais la proposition d’« État employeur en dernier ressort » permet aussi de sortir du chômage et de la précarité ?

La proposition d’« État employeur en dernier ressort » a été exposée pour la première fois par Hyman Minsky, un économiste post-keynésien : l’État doit s’engager à embaucher au salaire minimum toute personne qui le souhaite. Les collectivités locales auront pour charge de trouver des tâches d’intérêt général que ces personnes exécuteront en contrepartie de ce salaire. Il…
Lire la suite

Ne pourrait-on pas mettre en place le SMS de façon progressive ?

On peut effectivement comprendre que se lancer directement dans le SMS du jour au lendemain puisse effrayer. Plutôt que de baisser le salaire minimum, une solution intermédiaire pourrait consister à ne couvrir qu’une partie de celui-ci. Il faut cependant comprendre que l’effet sur l’emploi sera beaucoup plus long à obtenir. On peut, bien sûr, expérimenter…
Lire la suite

Est-ce que le SMS permet le maintien des salaires obtenus antérieurement ?

Ce n’est pas l’objet du SMS : la promesse du SMS est de garantir à toutes et à tous un emploi qui sera au moins payé au salaire minimum. L’architecture du SMS fait que les contrats de travail au Smic seront désormais l’exception, alors qu’ils sont la règle pour 13 % des salariés actuellement[1]« Les Smic va…
Lire la suite

N’allons-nous pas collectivement subventionner des entreprises qui ne produisent pas assez de valeur ajoutée et qui devraient économiquement disparaître ?

C’est une question essentielle qui interroge les fondements mêmes du SMS. Toute la question est de savoir ce que nous entendons par « devrait économiquement disparaître ». Notre objectif est le plein emploi que nous avons défini comme un état de l’économie dans lequel : toute personne qui souhaite un emploi doit pouvoir en trouver, payé au…
Lire la suite

Comme le SMS est conditionné à la production de valeur ajoutée, cela signifie-t-il que celles et ceux qui sont sans emploi, ne toucheront pas le Salaire minimum ?

Dans le contexte actuel, on peut déjà toucher des revenus lorsque l’on n’est pas en poste. C’est le cas évidemment des retraités qui touchent une pension, mais aussi des salariés malades ou en accidents du travail ou temporairement sans emploi. Le SMS est largement compatible avec les dispositifs existants que l’on peut améliorer et, bien…
Lire la suite

Mais est-ce que les individus ne vont pas abuser de ce système en se contentant du SMS sans réaliser de valeur ajoutée ?

C’est en quelque sorte l’inverse de la question précédente sur la conditionnalité. En effet, on pourrait se faire l’avocat du diable et penser que tout le monde peut s’inscrire en tant qu’indépendant, toucher le Smic en ne « faisant » absolument rien, ce qui revient de facto à un revenu universel. Dans la mesure où la société…
Lire la suite

Pourquoi conditionner la perception du SMS à la présence en emploi ?

Dans la mesure où le bénéfice du SMS est attribué à tout personne en emploi indépendamment de la valeur ajoutée produite, on peut se demander pourquoi ne pas l’accorder à tout individu qu’il soit en emploi ou pas : c’est, ni plus ni moins, la proposition du revenu universel. Cette proposition se justifie dans la mesure…
Lire la suite

Comment est-ce possible ?

L’évaluation de la richesse produite dans notre pays montre qu’elle est égale en moyenne à 4318 euros par mois et par travailleur. Le SMIC « superbrut », c’est-à-dire avec l’ensemble de ses cotisations sociales (salariales et patronales) est égal à 2332 euros, c’est-à-dire 54% (2332 / 4318) de cette richesse moyenne produite mensuellement par chaque poste de…
Lire la suite